11/05/2007

Un nouveau départ


Salut à tous !

Ça se bouscule au portillon depuis la fin des élections, et en ces temps difficiles, la décision timide prise jusqu'à présent se confirme : courage, fuyons !

C'est une chose complexe que de tenir un blog, surtout lorsque l'on se trouve dans une situation politique délicate comme celle que nous devons affronter aujourd'hui. Dois-je continuer à diffuser de la musique, des infos, du cinéma, et surtout ne pas parler politique ? Ou bien, dois-je faire le choix d'affronter les lecteurs, et leur donner l'éclairage qui est le mien ?

C'est plus par amour et respect de la "culture" si tant est que ma connaissance en soit profonde, que j'ai donc décidé d'agir en deux temps. Dans un premier temps, je ne diffuserai pas de playlist ce mois-ci. Évidemment, Nicolas S. ou N. Sarkozy, comme vous voulez, n'est pas le seul responsable de ce choix, les exams qui poussent derrière en sont aussi la cause. Quoi qu'il en soit, ce sera un mois de mai en "deuil" en quelque sorte. Dans un second temps, et je l'avais déjà annoncé depuis quelques semaines, j'ai décidé non pas de "dissoudre l'assemblée", mais bien de partir, loin de Paris, loin de la France et des 53% des gens avec qui je suis en désaccord. Après tout, je suis minoritaire, je ne vois pas pourquoi ces derniers auraient à supporter mes reproches et mon mécontentement. Bien sûr, ceux qui me connaissent bien savent que mon départ n'est pas impulsif, et qu'il a été mûri. Mais disons que ces derniers événements m'ont amené à conffirmer cette décision.

Ainsi donc, voici les raisons de mon mutisme, et je précise tout de suite qu'il n'est absolument pas question de vilipender ici la politique de droite. Moins d'impôt, économie peut-être plus dynamique... Après tout, je ne suis qu'un étudiant, et je ne connais pas grand chose à l'économie, alors pourquoi pas. Non, c'est bien vous, Monsieur Nicolas Sarkozy, qui êtes la cause de mon inquiétude. Nous ne partageons décidément pas la même conception de la France, de la culture et de l'éducation. Je ne pense pas que mai 68 soit à l'origine du manque de respect des jeunes envers leurs aînés, et ne suis pas du tout d'accord avec vous quand vous employez des termes si durs pour parler de gens, de familles, d'êtres humains que vous souhaitez aujourd'hui voir "choisis", ou passés "au karcher". Ainsi, je vous salue bien bas, respecte la décision on ne peut plus démocratique du peuple français, et me retire non pas de la vie politique, mais bien de ce pays dans lequel je ne veux plus vivre.

Ce sera donc l'Espagne, mais cela aurait tout aussi bien pu être l'Allemagne, ou l'Italie, ou bien même - nous ne sommes pas à un paradoxe près - les États-Unis...

C'est une forme de contestation, celle qui dit que oui, aucune réforme n'a encore été faite, mais que je ne veux pas d'un président soutenu par les médias, je ne veux pas d'un président qui tape sur les immigrés, je ne veux pas d'un président qui se fait élir avec les voix du F.N., je ne veux pas d'un président qui joue avec la peur, je ne veux pas d'un président qui parle de France "qui se lève tôt", de "France qui travaille". Bref, il semblerait bien que je ne veuille pas du choix des français.

Pas de playlist en mai, pas d'interview d'artiste, et pas d'articles tout court. La culture a besoin du gouvernement, et le gouvernement a aussi besoin de la culture. Il serait bon de ne pas l'oublier.

6 commentaires:

Rima a dit…

Je kiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiffe (parlons "racaille" afin d'être bannie de ma cité) ton article, que je trouve juste et hyper bien écrit. D'autant plus que je suis tout à fait d'accord avec toi. Je soutiens ta prise de position, et la partage sans concession.

Perico a dit…

i love this kind of shit !!
dope dope dope

Anonyme a dit…

yep mon carlito , une fois de plus je trouve que tu es ma "conscience-politique soeur"
t'as de la chance de pouvoir partir alors que d'autres s'appretent a devenir de futurs agents au service de l'Etat. (il est possible que l'on entende bientot quelque chose comme "l'Etat c'est moi"; auquel cas plus de concours et plus de service...)
il me tarde de voir de quoi seront composer les prochains livres d'hist- géo, reflechissons
- a enseigner les valeurs de la nation ( hein? quoi? lesquelles? travail famille patrie ? ah ok )
- a ne pas culpabiliser sur notre passé colonial ( car apres tout on les a civilisé les bougnoules alors maintenant ils peuvent bien rester chez eux et pas nous faire chier...)
- a affirmer la puissance d'un etat fort, dans une europe forte pour un monde fort ( oui aucune coherence c'est pas grave ca a l'air de plaire quand meme aux gens).
bref je te tiendrais au courant.
heureusement aussi que je sais que tu ne fuis pas vraiment car je t'aurais rappelé le mot de victor hugo oppressé par la reaction musclée apres l'episode de la commune de paris en 1871, alors que les revoltés commncaient a capituler et a fuir. Cet homme disait "et si il n'en reste qu'un ce sera moi". c'est hors de propos evidemment, nous n'en sommes pas la, mais c'est la preuve de la bravour (et non bravitude...) de cet homme qui allait au bout de ses idées et de ses convictions. Tiens mais Victor Hugo c'est pas lui qui a dit aussi "quand vous ouvrez une ecole vous fermez une prison". si si, c'est bien lui.
Alors pour quand des postes au capes ce qui ferait faire des economies au budget de l'etat? ah non c'est vrai pardon, y'aurais plus d'electeurs pour N.S.
ah vas pars mon charly je ne te hais point, suis la route deja tracé avant toi par des chercheurs et des intellectuels.
nous on se contentera du retour de jhonny...
Klo

papeuss a dit…

"Courage fuyons!". Non. Le texte est est sincère, personnel et intéressant. Mais comment dans cette situation conclure sur une nécessité de quitter la france. Ne serait-ce pas la victoire du discours plutôt effrayant de N. Sarkozy? Les seuls personnes capables de tenir un discours pas basiquement anti-sarko voulant partir? J'imagine que d'autres éléments ont motivé ton choix, mais les quelques mois que j'ai passé à l'étranger m'ont fait prendre conscience des belles qualités et des quelques défauts de ce pays. Si le résultat de ce vote est la démobilisation massive de beaucoup de jeunes pour voter et l'envie de se casser, là on est vraiment mal barré

Anka a dit…

Je suis tellement fière d'avoir qqun qui ose dire tout haut ce que (même en minorité) beaucoup pensent tout bas...
Cet article est avant tout humain et personnel, outre sa qualité retentissante.

hi-five a dit…

Ouais ouais ouais. Pourquoi pas mon vieux. Ce qui me gêne moi dans la situation présente, c'est la haine que Sarkozy fabrique contre lui-même. Son opportunisme populiste (au possible) lui vaut le rassemblement des gens (53%) mais le fait passer pour un menteur aux yeux des autres. Il veut être le président de tous les français mais il est d'ores et déjà celui de seulement la moitié. Qu'il le veuille ou non - et là n'est pas la question de la culture - sans lui, tout est possible.

Archives du blog

1,2,3...

Forum GratuiteAlbum GratuiteBlog GratuiteChat GratuiteCompteur